Aux camarades cheminot(e)s de

  • OR.S.A.
  • C.U.B.
  • S.U.L.T.


Chers(ères) camarades,

Nous voulons simplement vous affirmer toute notre solidarité pour votre nouvelle grève le 25 juillet.

Cette grève sera une nouvelle manière de démontrer la nocivité du « contrat collectif » signé par certaines fédérations syndicales le 16 avril dernier. « Nouveau » contrat qui ne fait qu’entériner les souhaits du patronat italien : Baisse des salaires et pensions, conditions de travail plus mauvaises, flexibilité accrue.

A travers les mauvaises conditions de travail et l’insuffisance de financement du service public ferroviaire, c’est aussi le choix de la dégradation de la sécurité que font les « responsables ».

C’est cette même politique que veulent imposer les gouvernements dans toute l’Europe : Celle des patrons, celle du profit toujours plus grand pour une infime minorité, celle de la misère toujours plus grande pour tous les autres !

Syndicalistes, nous devons refuser cette politique et n’avons pas à en co-gérer les conséquences.

Nous devons la combattre !

Nous savons que c’est dans des conditions difficiles que vous menez cette lutte.

Les restrictions au droit de grève, particulièrement dans les transports, vous ont contraint à décaler ce mouvement social ; elles vous obligent aussi à le limiter dans le temps.

Cette remise en cause du droit de grève, les mêmes fédérations syndicales qui ont signé le « nouveau » contrat collectif l’avait cautionné il y a quelques années. Il y a là une logique de politique syndicale. Ce n’est pas la nôtre.

« La nôtre » car le travail en commun que nous menons depuis des années maintenant nous permet d’affirmer nos similitudes. Elles sont un point d’appui fort pour les luttes que nous mènerons dans les prochains mois.

Tenez-nous au courant des suites de ce mouvement.

Recevez chers(ères) camarades toute notre amitié et notre solidarité.

Pour la fédération des syndicats SUD-rail : Rémy Abgrall – Jean Pierre Tavernier – Christian Mahieux

Le 21 juillet 2003

 

 

 

  • OR.S.A.
  • C.U.B.
  • S.U.L.T.


Chers(ères) camarades,

Nous voulons simplement vous affirmer toute notre solidarité pour votre nouvelle grève le 25 juillet.

Cette grève sera une nouvelle manière de démontrer la nocivité du « contrat collectif » signé par certaines fédérations syndicales le 16 avril dernier. « Nouveau » contrat qui ne fait qu’entériner les souhaits du patronat italien : Baisse des salaires et pensions, conditions de travail plus mauvaises, flexibilité accrue.

A travers les mauvaises conditions de travail et l’insuffisance de financement du service public ferroviaire, c’est aussi le choix de la dégradation de la sécurité que font les « responsables ».

C’est cette même politique que veulent imposer les gouvernements dans toute l’Europe : Celle des patrons, celle du profit toujours plus grand pour une infime minorité, celle de la misère toujours plus grande pour tous les autres !

Syndicalistes, nous devons refuser cette politique et n’avons pas à en co-gérer les conséquences.

Nous devons la combattre !

Nous savons que c’est dans des conditions difficiles que vous menez cette lutte.

Les restrictions au droit de grève, particulièrement dans les transports, vous ont contraint à décaler ce mouvement social ; elles vous obligent aussi à le limiter dans le temps.

Cette remise en cause du droit de grève, les mêmes fédérations syndicales qui ont signé le « nouveau » contrat collectif l’avait cautionné il y a quelques années. Il y a là une logique de politique syndicale. Ce n’est pas la nôtre.

« La nôtre » car le travail en commun que nous menons depuis des années maintenant nous permet d’affirmer nos similitudes. Elles sont un point d’appui fort pour les luttes que nous mènerons dans les prochains mois.

Tenez-nous au courant des suites de ce mouvement.

Recevez chers(ères) camarades toute notre amitié et notre solidarité.

Pour la fédération des syndicats SUD-rail : Rémy Abgrall – Jean Pierre Tavernier – Christian Mahieux

Le 21 juillet 2003

 

FaceBook