COMUNICATO STAMPACUB Immigrazione - PARIGI: la police attaque le 36 rue Botzaris ou se trouve les jeunes migrants tunisiens - DUPLICITÉ ET COMPLICITÉ ? ARRÊT DE LA RÉPRESSION CONTRE LES JEUNES MIGRANTS TUNISIENS







 

la police attaque le 36 rue Botzaris ou se trouve les jeunes migrants tunisiens

DUPLICITÉ ET COMPLICITÉ ?
ARRÊT DE LA RÉPRESSION CONTRE LES JEUNES MIGRANTS TUNISIENS

 
ALORS QU’ILS DEMANDAIENT LE DIALOGUE AVEC LE PREMIER MINISTRE, LA POLICE ATTAQUE LE BÂTIMENT TUNISIEN DU 36 RUE BOTZARIS OU SE SONT RÉFUGIÉS LES JEUNES MIGRANTS TUNISIENS, LES EXPULSE, LES ARRÊTE ET LES RELÂCHE.
Au moment où les jeunes migrants tunisiens et les associations syndicats et organisations politiques étaient rassemblés au métro Varennes pour demander à  rencontrer le premier ministère afin de débattre de la situation intenable des jeunes migrants, rencontre encore une fois refusée, la police a attaqué le bâtiment vacant appartenant à l’Etat tunisien sis au 36 rue de Botzaris à Paris 19ème anciennement occupé par la milice de l’ancien dictateur enfui Ben ALI et où s’étaient réfugiés les jeunes migrants partis de Tunisie après la révolution et récemment arrivés de l’ile italienne de Lampedusa sans toit et sans ressources.
S’agissant d’un bâtiment appartenant à l’Etat tunisien la F.T.C.R. se demande comment la police a pu entrer dans le bâtiment et à la demande de qui ?
La F.T.C.R. rappelle que la force et la brutalité ne peuvent rien résoudre. Ce ne sont pas les solutions que les jeunes migrants de la révolution attendent.
La F.T.C.R. appellent les forces démocratiques et humanistes à se mobiliser contre la répression du gouvernement contre les migrants tunisiens dont la majorité possède des documents officiels d’un état européen.

Paris le 7 juin 2011

Pour la F.T.C.R. le président Tarek BEN HIBA

 

 

FaceBook